Algérie, mon amour / Mustapha Kessous, réal.

Vidéo documentaire

Kessous, Mustapha. Metteur en scène ou réalisateur. Scénariste

Edité par Compagnie des phares et balises. Paris - 2021

Ils ont entre 20 et 30 ans et vivent en Algérie. Mehdi, Athmane, Hania et Sonia, ont décidé d'écrire eux-mêmes leur destin. Depuis leur naissance, ils n'ont connu qu'un président, Abdelaziz Bouteflika. L'annonce, en février 2019, de sa candidature pour un cinquième mandat, a provoqué une colère et un soulèvement d'une ampleur inédite, appelé le hirak. Depuis plus d'un an, l'Algérie est secouée par d'immenses marches à travers tout le pays. La jeunesse dénonce le pouvoir en place qui les empêche de vivre. Une jeunesse qui a soif de démocratie et de liberté. Dans ce pays si proche de nous mais tellement étranger, le hirak est parvenu à évincer Bouteflika. Mais le régime autoritaire et militaire continue de s'accrocher au pouvoir. Ce film montre le combat de cinq jeunes algériens pour leur liberté. En témoignant, ils ont accepté de prendre des risques insensés pour se raconter et raconter leur pays. Leurs destins individuels épousent désormais une cause plus grande qu'euxÊ: la révolution. Car cette quête démocratique, c'est la déclaration d'amour d'un peuple à son pays.

Vérification des exemplaires disponibles ...

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...
Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs

  • Bouleversant 4/5

    En Algérie après 20 de régime autoritaire dirigé par A. Bouteflika et, en sous main, l'armée, une jeunesse en quête de liberté, de renouveau et de beauté se rebelle à travers le Hirak : mouvement populaire transcendant classes, sexes, origines régionales, langues ou croyances, le seul mot d'ordre : liberté. Pris en étau dans société traditionnelle, conservatrice, indiscrète et une économie stagnante, la population pourrit. Incapable de permettre à son pays de redresser la tête à cause d'un gouvernement délétère et égoïste, l'espoir semble n'être qu'un lointain souvenir. Pourtant dans "Algérie, mon amour" les voix dissonantes du Hirak se voient donner l'opportunité d'être entendues. Elles nous montrent alors les rêves d'intimité, les espoirs de développement, la mise en valeur d'une culture plusieurs fois millénaires qui a trop longtemps été délaissée.

    par Meriem Le 09 septembre 2021 à 17:21